Liens Rapides
Support technique

Toujours dans le but d’apporter des solutions efficaces et réactives à nos clients, nous nous donnons la possibilité de prendre la main directement sur leur poste, et ce quel qu’ils soient !

Consulter notre plaquette de présentation et nos conditions générales de vente Plaquette de présentation de VMR Global Solutions * Contacter nous pour toutes vos demandes de conception de PDF dynamique

Last @VMRGlobalSol Tweets
Inscription à la newsletter
VMR Global Solutions | Google/Android… le nouveau Microsoft/Windows ?
1787
single,single-post,postid-1787,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,wpb-js-composer js-comp-ver-3.7.4,vc_responsive

Google/Android… le nouveau Microsoft/Windows ?

13:10 03 August in Informations
0 Comments

Dominateur dans le marché des smartphones, Android commence aussi à le devenir dans le secteur des tablettes tactiles. Une importance grandissante qui pourrait d’ici peu placer Android dans une position que nous connaissons bien depuis les années 90 avec la domination de Windows. De quoi craindre un abus de position dominante ?

Logo Google

Une présence bientôt envahissante

Il y a six ans, quand nous apprenions que Google comptait lancer un système d’exploitation pour mobile, certains s’attendaient à voir le géant américain en faire de même pour les PC, pour concurrencer de face Microsoft. Pour l’instant, si l’on excepte les légères intrusions d’Android et Chrome OS dans le monde des ordinateurs portables, nous ne sommes pas encore entrés dans une guerre frontale entre les deux sociétés. Néanmoins, du fait de l’explosion des smartphones et des tablettes tactiles, Android a déjà été activé plus de 900 millions de fois. Un nombre qui devrait croitre très rapidement encore et qui pourrait permettre au système d’être le plus répandu dans le monde à court ou moyen terme, devant Windows.

Pour le moment, Android n’est pas dans la même position que Windows, ceci pour plusieurs raisons. Certes, les deux systèmes disposent de nombreux partenaires, ils sont tous deux la cible préférée des créateurs de virus et ils sont généralement moins onéreux que la concurrence, en particulier par rapport à Apple. Mais leurs différences sont importantes. Tout d’abord, l’un est fermé, l’autre non (ou en tout cas beaucoup moins). L’un est toujours dominateur dans le monde des PC, l’autre a tout de même des concurrents sérieux. Par exemple, iOS demeure puissant, après tout, le système d’Apple a dépassé les 600 millions d’activations récemment. Et Windows Phone, s’il doit encore confirmer dans le monde entier, n’est pas un rival insignifiant dans certains pays et il peut progresser. Ajoutons que d’autres systèmes existent (ou existeront d’ici peu) et qu’ils peuvent tout aussi bien percer, il suffit de la volonté d’un Samsung pour changer la donne. Enfin, contrairement à Windows, la population semble moins dépendante à Android. Ce n’est pas tant Windows en lui-même qui est devenu en quelque sorte indispensable sur PC, mais tout son environnement, notamment ses logiciels et en particulier ses jeux vidéo. Et à ce jeu-là, iOS est un concurrent redoutable, et Microsoft a la puissance financière pour combler son retard dans le secteur mobile.

Mais malgré ces différences majeures, les chiffres sont là, Android commence à écraser la concurrence, et les réactions de cette dernière ne nous laissent pas croire que le système de Google sera durement secoué à l’avenir. Imaginons donc que dans une poignée d’années, la part d’Android dépasse les 85 voire 90% dans le monde, que ce soit dans le secteur des smartphones et des tablettes. Nous n’y sommes pas encore, mais en cas d’échec de Windows Phone et d’une régression d’iOS, nous pourrions nous en rapprocher. Que se passera-t-il alors ?

Aujourd’hui, Android propose déjà la boutique d’applications mobiles la plus importante du monde avec plus d’un million de logiciels à disposition. Certes, il y a énormément de doublons, d’applications inutiles, incompatibles avec certains produits ou encore buguées. Mais le potentiel est là et la concurrence, en particulier WindowsPhone et BlackBerryOS, souffre déjà aujourd’hui de la comparaison avec le PlayStore et l’AppStore. Nous sommes donc d’ores et déjà dans une situation où l’importance d’un système (ici deux systèmes en l’occurrence) a des conséquences négatives sur la concurrence, ceci potentiellement de manière durable.

Dans le cas où Android viendrait à assoir sa position, et donc à en quelque sorte « ostraciser » Apple, il est certain que naturellement, certains problèmes Windowsiens toucheront le système de Google. Les développeurs se tourneront massivement vers Android et abandonneront les autres systèmes, phénomène qui existe d’ailleurs déjà, parfois en faveur des deux leaders, voire d’iOS uniquement dans certains cas, du fait des gains financiers bien plus importants réalisés chez Apple.

La question de l’abus de position dominante

Concernant les principaux logiciels de Google, ils ne sont pas intégrés de base dans Android, mais sont livrés dans les terminaux certifiés par Google. Il n’y a donc pas de raison de crier à l’abus de position dominante pour le moment. À moins de vouloir viser certains logiciels, tel le navigateur Android de base, à l’instar d’Internet Explorer sur Windows, Microsoft ayant été forcé par l’Europe d’offrir le choix du navigateur lors de l’installation de son OS. Mais Google pourrait malgré tout être attaqué pour mettre en avant ses propres outils. Après tout, l’Américain connait cette situation en Europe, où il est accusé par de nombreux sites d’avantager plus qu’il ne devrait ses services sur son moteur de recherche, le poussant à faire des concessions pour rétablir un semblant de concurrence. Des plaintes qui ne sont possibles que pour une unique raison : Google détient dans la plupart des pays européens plus de 90 % du marché de la recherche. Pour Android, en cas de position similaire, il est légitime de se demander si les mêmes déboires ne lui arriveront pas, quand bien même les applications ne seraient pas installées d’office.

L’autre problème pour Google, si l’on peut appeler cela un problème, c’est que sa domination dépasse en fait largement le cadre d’Android, que ce soit dans les smartphones, les tablettes et ailleurs. Android est présent dans d’autres produits (TV, GPS, etc.), Chrome OS a aussi un appétit débordant, ce qui là encore assoie d’autant plus ses services et logiciels. Mais le poids de Google est tel que certains utilisateurs d’iPhone estiment avoir le meilleur Google Phone, notamment parce qu’ils utilisent massivement les services du moteur de recherche, et donc aussi parce qu’ils estiment que malgré une intégration de ces logiciels peut-être inférieure à Android, ils demeurent malgré tout supérieurs aux services équivalents chez Apple. Bien entendu, tous les utilisateurs d’iPhone ne sont pas sur cette longueur d’onde, mais ce genre de remarques se multiplient. Et assurément, les utilisateurs d’autres systèmes d’exploitation sont dans la même situation. De quoi rendre Google très puissant. Trop ?

Source : PCInpact

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.