Liens Rapides
Support technique

Toujours dans le but d’apporter des solutions efficaces et réactives à nos clients, nous nous donnons la possibilité de prendre la main directement sur leur poste, et ce quel qu’ils soient !

Consulter notre plaquette de présentation et nos conditions générales de vente Plaquette de présentation de VMR Global Solutions * Contacter nous pour toutes vos demandes de conception de PDF dynamique

Last @VMRGlobalSol Tweets
Inscription à la newsletter
VMR Global Solutions | Le gouvernement prône le bon usage ministériel de l’Open Source
869
single,single-post,postid-869,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,wpb-js-composer js-comp-ver-3.7.4,vc_responsive

Le gouvernement prône le bon usage ministériel de l’Open Source

10:45 24 September in Informations
0 Comments

Jean-Marc Ayrault vient de diffuser une circulaire à tous les ministères pour un bon usage du logiciel libre dans tous les services de l’Etat.

Jean-Marc Ayrault, Premier Ministre

Le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault vient de diffuser une circulaire préparée par la DISIC (Direction interministérielle des systèmes d’information et de communication) concernant les règles de bon usage du logiciel libre dans les administrations.
Le CNLL, Conseil National du Logiciel Libre, a diffusé un communiqué pour se réjouir « que le Premier Ministre vient de diffuser à l’ensemble des ministères concernant l’Usage du logiciel libre dans l’administration, et demande que ce document technique soit accompagné à moyen terme par des décisions politiques propres à soutenir la croissance du secteur en France. » De son côté, Alexandre Zapolsky, PDG de Linagora, s’est lui aussi félicité de cette circulaire, soulignant : « cette circulaire est le résultat du travail de pédagogie effectué depuis de nombreuses années par l’ensemble de la filière Open Source ».

Une circulaire très équilibrée

Contrairement à ce que les cris de victoire cités ci-avant laissent entendre, la circulaire est très équilibrée. Elle recommande clairement de « considérer à égalité avec les autres solutions » les logiciels libres. Certes, par rapport à la défiance d’il y a quelques années, c’est un net progrès pour le Libre. Mais on est encore loin d’un avantage donné aux logiciels libres voire d’une obligation d’emploi de ces solutions lorsque c’est possible à iso-fonctionnalités d’une solution propriétaire. Cet équilibre doit impérativement être respecté même quand il y a un acteur dominant issu du logiciel propriétaire, la bureautique étant spécifiquement citée.

La circulaire loue les avantages du logiciel libre (moindre coût mais pas gratuité, vision long-terme, orientation besoin utilisateurs…) mais pointe également les limites à vérifier comme, par exemples, le dynamisme de la communauté, les contraintes de la licence choisie ou l’image de non-valeur de ce qui n’a pas de prix.

La volonté interministérielle est bien d’éviter à toute force des projets dans tous les sens. Elle consacre donc tout un chapitre sur la notion de « souches mutualisées » auxquelles se prêtent bien les logiciels libres. Le travail mutualisé autour de la bureautique libre (LibreOffice) et de la base de données PostgreSQL est porté en exemples. En annexe, la circulaire reprend la liste des groupes de travail interministériels.

En savoir plus
Le texte de la circulaire

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.