Liens Rapides
Support technique

Toujours dans le but d’apporter des solutions efficaces et réactives à nos clients, nous nous donnons la possibilité de prendre la main directement sur leur poste, et ce quel qu’ils soient !

Consulter notre plaquette de présentation et nos conditions générales de vente Plaquette de présentation de VMR Global Solutions * Contacter nous pour toutes vos demandes de conception de PDF dynamique

Last @VMRGlobalSol Tweets
Inscription à la newsletter
VMR Global Solutions | L’Open Data doit entrer dans une phase plus mature
733
single,single-post,postid-733,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,wpb-js-composer js-comp-ver-3.7.4,vc_responsive

L’Open Data doit entrer dans une phase plus mature

12:39 12 July in Informations
0 Comments

Selon les témoins qui se sont exprimés aux Rencontres des Acteurs Publics, l’Open Data n’a pas, pour l’heure, donné toute sa mesure. Une deuxième phase se doit d’être lancée.

« Avec l’Open Data 1.0, on a ouvert une mine d’or mais on attend encore l’explosion promise de la valeur ; il faut donc passer à un Open Data 2.0 pour valoriser la mine d’or » a expliqué Marc Ribes, Futurologue Secteurs Publics chez Orange Business Services. Il s’exprimait à l’occasion des Rencontres des Acteurs Publics, organisées du 3 au 5 juillet 2012 par le magazine Acteurs Publics au Conseil Economique, Social et Environnemental. Selon lui, cette première étape était certes nécessaire mais demeure insuffisante.

Rappelons que le principe de l’Open Data est le fait, pour les collectivités et établissements publics de mettre à disposition leurs données, en principe plus ou moins gratuitement. Cette ouverture permet à des tiers de valoriser ces données, par exemple au travers d’applications pour smartphones ou de services les plus divers.

Or, comme le signalait Marc Ribes, cette ouverture a été poussée par l’offre jusqu’à présent. Chaque collectivité ou établissement prenait l’initiative d’ouvrir des données sans stratégie bien définie, pour intégrer le mouvement. Les données ouvertes n’étaient donc pas forcément pertinentes pour créer des services, d’où des réclamations des utilisateurs potentiels réclamant toujours plus de données. Il a ainsi mentionné un exemple marquant : « un conseil général a ouvert une banque de photographies dont la seule valorisation a consisté en une série de cartes postales. »

Toujours plus

Parmi les données qui pourraient être ouvertes, il pourrait y avoir des données personnelles anonymisées. Ces données permettraient, par exemple, de tenir compte des horaires de fréquentation de tel lieu ou service pour offrir des services complémentaires.
« Taper sur ceux qui ont contribué à la phase 1 n’est ni le meilleur moyen de les inciter à passer en phase 2 ni celui pour faire venir d’autres contributeurs » s’est offusqué Jean-Philippe Clément, chargé de mission TICC et innovation au secrétariat général de la Ville de Paris. Pour lui, les données les plus triviales ne sont pas les moins intéressantes. Ainsi, il constate : « le jeu de données qui marche le mieux (une requête par an, 10 000 téléchargements dans l’année qui suit) est un fichier Excel des prénoms donnés aux enfants nés et déclarés à l’Etat Civil dans l’année écoulée ».

Un manque d’organisation tant côté offre que demande

Même si le portail data.gouv.fr a permis de structurer l’offre de données ouvertes et de faciliter le repérage de ce qui est disponible par qui souhaite valoriser de telles données, il reste bien des axes de progrès. La question des formats de fichiers est l’une de ces questions. Une autre question est celle des licences. Si la gratuité est la règle, les conditions dans lesquelles s’exerce cette gratuité ne sont pas universelles. Chaque acteur a tendance à faire des choix spécifiques. La Ville de Paris, ainsi, exige que tout enrichissement que ses données soient reversées dans le domaine public avec une licence similaire à la sienne. Cette liberté semble, malgré tout, nécessaire pour s’adapter aux volontés et besoins propres à chaque établissement ou collectivité.

« Finalement, ce sont les réutilisations de données d’une administration par d’autres administrations qui ont généré le plus de valeur car il faudrait presque financer les start-up en plus de leur donner gratuitement des données pour que celles-ci se décident à faire quelque chose » a regretté Thomas Saint-Aubin, chef du bureau stratégie éditoriale au sein du Ministère de la Justice. Alexandre Quintard-Kaigre, chargé de mission au sein d’Etalab (le service en charge de data.gouv.fr) rappelle : « la fonction de l’Etat est de fournir des données dans des formats lisibles pour que les acteurs privés en tirent de la valeur. Point. »

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.