Liens Rapides
Support technique

Toujours dans le but d’apporter des solutions efficaces et réactives à nos clients, nous nous donnons la possibilité de prendre la main directement sur leur poste, et ce quel qu’ils soient !

Consulter notre plaquette de présentation et nos conditions générales de vente Plaquette de présentation de VMR Global Solutions * Contacter nous pour toutes vos demandes de conception de PDF dynamique

Last @VMRGlobalSol Tweets
Inscription à la newsletter
VMR Global Solutions | Pour les utilisateurs d’Oracle Exadata, la performance a un prix
555
single,single-post,postid-555,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,wpb-js-composer js-comp-ver-3.7.4,vc_responsive

Pour les utilisateurs d’Oracle Exadata, la performance a un prix

11:38 25 April in Informations
0 Comments

D’après les utilisateurs, Exadata offre la vitesse de traitement promise par Oracle, mais à un coût élevé et avec des exigences techniques considérables.

Ces dernières années, les produits d’Oracle ayant fait l’objet de grosses campagnes de promotion sont rares et le tapage fait autour de la machine Exadata Database fait un peu exception. Oracle veut faire de l’Exadata le porte-étendard d’une série d’appareils combinant son logiciel avec les serveurs de Sun pour le stockage et l’équipement réseau. Depuis le lancement initial de l’Exadata en 2008, Oracle a sorti d’autres systèmes, notamment une Big Data Appliance et sa machine Exalytics. Mais, dans le genre, Exadata est son produit le plus mature. C’est aussi celui qui se vend le mieux. Lors de la conférence Collaborate qui s’est tenue cette semaine à Las Vegas (du 22 au 26 avril 2012), les utilisateurs qui connaissent bien l’Exadata ont reconnu que le système était à la hauteur de ce qu’Oracle avançait : à savoir une performance époustouflante, comparée aux configurations de bases de données traditionnelles. Mais le prix élevé de sa grille tarifaire, ainsi que les compétences requises pour utiliser le système efficacement, nécessitent une préparation minutieuse et beaucoup d’attention de la part des clients.

Oracle Exadata

Des réponses beaucoup plus rapides

« L’année dernière, l’agence Experian, spécialisée dans le crédit, a acheté et installé deux « demi-rack » de machines Exadata, » comme l’a déclaré Praveer Misra, qui dirige l’infrastructure des bases de données pour les services marketing d’Experian. « Les résultats obtenus avec Exadata sont impressionnants. Certaines opérations sont exécutées 80 000 fois plus vites qu’auparavant, ce qui ne peut que satisfaire les utilisateurs finaux », a déclaré Praveer Misra. « Certains n’en reviennent pas !», a-t-il ajouté. « Et demandent s’ils peuvent aussi en bénéficier dans leurs services ! »

« Cependant, il y a six semaines environ, les systèmes Exadata d’Experian ont subi une panne majeure », a-t-il ajouté. « Les services informatiques avaient entamé l’application de correctifs sur les cellules de stockage du système lorsqu’un disque a eu des défaillances », a-t-il raconté. « Mis à part cet élément défaillant, la documentation d’Oracle aurait dû prévenir qu’il fallait appliquer les patchs d’une certaine façon », a continué le directeur de l’infrastructure. « Si la documentation avait indiqué clairement la procédure, les administrateurs n’auraient pas pris le risque de faire l’application de correctifs à leur manière ». Mais malgré cet incident, « je recommanderais tout de même Exadata », a déclaré Praveer Misra. « Dans l’ancien environnement, mon équipe passait son temps à résoudre des problèmes urgents. Maintenant, elle a du temps pour faire autre chose. »

Un apprentissage nécessaire pour maitriser Exadata

Pourtant, l’expérience de Praveer Misra reflète bien l’apprentissage que demande Exadata aux administrateurs. Vinod Haval, le vice-président des standards des infrastructures et de la gouvernance à la Bank of America, a fait la promotion du concept de « DMA » (Database Machine Administrator) ou administrateur de machine de base de données, qui colle bien à un projet Exadata. Selon Vinod Haval, le responsable d’une machine Exadata est à « 60% un administrateur DBA Oracle RAC (Real Application Clusters), à 20% un administrateur de stockage, à 15% un administrateur système, plus 5% en divers », a-t-il déclaré au cours d’une table ronde à laquelle il a participé pendant la conférence Collaborate. « Chacun d’entre eux peut tenir le rôle de DMA, mais un DBA s’en tirera mieux », a-t-il ajouté. Selon lui, la création d’une fonction DMA exclusive n’a pas de sens si l’entreprise est équipée d’une ou de deux machines Exadata. « Mais s’il y en a sept ou huit, alors ça peut se justifier », ont convenu les différents intervenants à la table ronde.

Bank of America est l’un des premiers et plus gros clients Exadata d’Oracle. « La banque s’intéresse de manière systématique à toute nouvelle technologie et analyse rigoureusement son usage possible », a déclaré le vice-président. Bank of America a défini « 16 à 17 critères » indispensables, qui prennent en compte aussi bien les niveaux de compétences des personnels informatiques, que les questions d’organisation pour sa mise en oeuvre ou encore la gestion des incidents, avant qu’un nouveau système puisse entrer en production. « Les mêmes règles ont été appliquées à l’Exadata, » a déclaré Vinod Haval.

Le prix des solutions Exadata est-il trop élevé ?

Parmi les personnes ayant assisté au débat, plusieurs ont évoqué la question du prix élevé de l’Exadata et l’échelle tarifaire qui peut facilement représenter plusieurs millions de dollars, quand on cumule le coût des licences logicielles et le prix du hardware. Pour Sridhar Avantsa, directeur associé chez l’intégrateur de systèmes Rolta, qui participait à la table ronde, il est important que les clients définissent ce qu’ils entendent « par prix abordable ». Tout d’abord, et jusqu’à présent, la plupart des systèmes Exadata vendus sont des systèmes quart de rack », a expliqué le directeur de Rolta. « Aux États-Unis, ces systèmes coûtent 330 000 dollars en hardware ». Ensuite, les clients ont peut-être la possibilité de réunir plusieurs bases de données en une seule qui tournera dans l’Exadata, et même se retrouver, au final, avec une capacité excédentaire. « Ce qui leur permettra d’économiser sur les licences et le stockage, » a-t-il ajouté.

Vinod Haval a donné un point de vue pragmatique sur la question du prix. « Est-ce que l’Exadata est cher ? » a-t-il demandé. « Oui, cela ne fait aucun doute. Mais s’il est bien adapté à son objectif, si l’utilisateur trouve la solution optimum pour l’utiliser, alors l’investissement sera rentable ». Selon lui, la réussite ou l’échec de l’investissement dépend à « 65% de l’entreposage ». Toujours selon Vinod Haval, il est essentiel que les clients profitent des fonctionnalités de stockage de l’Exadata, notamment de la compression hybride par colonne.

Attention à l’obsolescence matérielle

Les intervenants ont également discuté du hardware de l’Exadata, en particulier pour clarifier une question concernant les composants. En effet, les clients se demandent si les composants des anciennes versions peuvent être échangés avec des versions plus récentes pour rester au même niveau de performance. « Dans l’ensemble, il n’y a sans doute pas grand-chose à faire pour éviter l’inévitable », a déclaré Sridhar Avantsa. « Essentiellement, tout hardware qui a plus de cinq ans est obsolète ».

La conférence Collaborate est sponsorisée par trois groupes d’utilisateurs indépendants d’Oracle.

Article de Jean Elyan/M.G. avec IDG News Service via lemondeinformatique.fr

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.