Liens Rapides
Support technique

Toujours dans le but d’apporter des solutions efficaces et réactives à nos clients, nous nous donnons la possibilité de prendre la main directement sur leur poste, et ce quel qu’ils soient !

Consulter notre plaquette de présentation et nos conditions générales de vente Plaquette de présentation de VMR Global Solutions * Contacter nous pour toutes vos demandes de conception de PDF dynamique

Last @VMRGlobalSol Tweets
Inscription à la newsletter
VMR Global Solutions | Windows 8 arrive !
890
single,single-post,postid-890,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,wpb-js-composer js-comp-ver-3.7.4,vc_responsive

Windows 8 arrive !

00:00 23 October in Informations
0 Comments

Sommaire :

IntroductionInstallation de l’OS | Start Screen | Apps | Gestion des fichiers | Skydrive | IE10Store | Sécurité | Maintenance
Les différentes versions


Introduction

Maintenant que Windows 8 est sur le point d’être disponible, nous avons décidé de faire le point sur les nouveautés les plus marquantes du système d’exploitation. Pour la première fois, un Windows n’inquiète en effet pas pour ses améliorations techniques mais pour son interface.

win8Nouveau Start Screen, interface Metro, boutique d’applications, Internet Explorer 10 et autres nouveautés changent radicalement la manière dont le système a été pensé, mais également comment il doit être abordé. Bien que Microsoft ait clairement beaucoup travaillé, les utilisateurs vont devoir faire face à une quantité énorme d’informations à assimiler.

À travers dix points essentiels, nous vous proposons de faire un balayage de ces nouveautés, un guide qui vous permettra d’avoir une vision plus claire de ce qui vous attend.

Installation de l’OS

À chaque nouvelle version de Windows, Microsoft fait en sorte que la procédure d’installation soit simplifiée. Avec Windows 8, plusieurs méthodes s’offrent à l’utilisateur, si l’on met de côté bien entendu l’achat d’une machine neuve directement fournie avec le système. Clé USB, DVD ou directement via le web, à vous de choisir.

installinstall

Dans le cas d’une configuration qui possèderait par exemple déjà Vista ou Windows 7, la méthode la plus simple est l’installation par le web. Comme avec les Previews déjà disponibles, l’utilisateur pourra télécharger un assistant. Ce dernier réunit diverses opérations : il prépare la machine, dresse l’inventaire matériel et logiciel, peut publier une liste de problèmes à résoudre puis poser une série de questions.

Ces questions orientent l’utilisateur dans ce qu’il veut faire avec sa machine. Trois choix sont disponibles :
Garder toutes les données et les paramètres (mise à jour complète)
Ne garder que les données personnelles (système neuf avec simple copie des données ensuite)
Ne rien garder
Le dernier choix sera réservé à ceux qui souhaitent formater complètement la machine. Auquel cas rien ne sera sauvegardé et le système sera entièrement vierge.

Le choix suivant se fonde sur la méthode souhaitée pour installer le système. L’assistant peut simplement télécharger les données et appliquer les choix sur le système en cours. Dans ce cas, l’utilisateur n’a rien à faire d’autre qu’attendre que les opérations s’effectuent. Le temps d’attente dépend directement des performances de la connexion Internet.

Les deux autres choix consistent à déterminer ce que l’assistant va faire du fichier ISO une fois récupéré :

installinstall

Il peut :

  • Copier les fichiers sur une clé USB pour ceux dont la machine est capable de booter sur un périphérique USB
  • Graver l’image ISO sur un DVD, méthode beaucoup plus classique et universelle (mais plus lente pour l’installation)

Notez qu’il existe une autre façon d’installer Windows 8. En fonction des cas, l’utilisateur récupèrera potentiellement une image ISO. Il est possible bien sûr d’installer le système sans passer par l’installation. L’utilisateur pourra ainsi récupérer l’utilitaire de préparation de clé USB déjà disponible pour Windows 7 pour créer un média d’installation. Il pourra également graver cette image ISO de manière classique, puis redémarrer sa machine dessus.

Quelle que soit la méthode choisie, l’ordinateur va s’occuper seul des étapes restantes. Il suffira donc d’attendre jusqu’au redémarrage final et la présentation de l’assistant de configuration de l’ordinateur.

L’écran de démarrage : le Start Screen

Après l’installation de Windows, ou au premier démarrage d’une nouvelle machine vendue avec Windows 8, l’utilisateur sera confronté au Start Screen, littéralement l’écran de démarrage :

StartScreen

Cet écran représente la nouveauté la plus visible et la plus marquante de Windows 8. C’est lui qui constitue à la fois une base de lancement et une vue de synthèse de l’activité de l’ordinateur. En effet, on y trouve deux types d’icônes :

  • Les vignettes des applications réellement pensées pour Windows 8, appelées applications Metro (ou WinRT)
  • Les icônes des applications classiques que l’on trouvait déjà dans Windows XP, Vista et 7

StartScreen

Les dernières seront invariablement placées à droite, tandis que les applications intégrées (qui font l’objet d’un chapitre dédié) seront plutôt placées vers la gauche. L’utilisateur peut à tout moment les changer de place, via un clic prolongé sur l’icône. En bas de l’écran de l’écran, une icône « – » permet de dézoomer l’écran pour effectuer plus facilement ces opérations, y compris pour gérer des groupes d’icônes entiers.

StartScreen2

Il faut savoir que les vignettes des applications Metro ne sont pas statiques, contrairement aux icônes classiques. Elles sont connectées en permanence aux applications qu’elles représentent, et il serait plus juste de dire qu’il s’agit de formes réduites des applications. Microsoft reprend ici le concept de l’interface Metro de Windows Phone : chaque vignette affiche des informations sur ce qui est en train de se passer. Mail par exemple affiche un compteur de courriers non lus, Messenger les messages en attente, Photos une sélection d’images qui se renouvelle en permanence, Contacts une grille d’avatars et ainsi de suite.

Toutes les applications se lancent normalement depuis le Start Screen. Le Bureau devient une application comme les autres dont la vignette est située par défaut en bas à gauche. Lorsqu’on le lance, on atterrit sur un Bureau très similaire à celui de Windows 7 :

Windows 8 Desktop

La différence notable est que le menu Démarrer a disparu. Le Start Screen le remplace intégralement. Pour le lancer, il suffit d’envoyer sans réfléchir son curseur en bas à gauche puis de cliquer. Chaque application peut en revanche être épinglée sur la barre des tâches, comme dans Windows 7. Pour ce faire, deux méthodes :
Faire un clic droit depuis l’icône sur le Start Screen puis choisir l’option idoine en bas à droite
Faire un clic droit sur l’icône de l’application dans la barre des tâches si elle est déjà lancée, puis cliquer sur Épingler
Par la suite, il sera alors possible de lancer l’application depuis la barre des tâches sans plus passer par le Start Screen.

La dualité des interfaces

La présence du bureau et du Start Screen introduit pour la première fois une dualité dans l’interface de Windows. Cela signifie que l’utilisateur gère à la fois le Bureau qu’il connait et le Start Screen qui représente la nouvelle base de lancement. Cela signifie également qu’il va faire des allers et retours entre l’une et l’autre des interfaces, ne serait-ce que pour lancer des applications.

Cela perturbera clairement certains utilisateurs. Et pour cause : certains composants peuvent être dédoublés. Le panneau de configuration par exemple : il en existe un pour Metro, et l’autre, classique pour le Bureau. Dans les deux cas, on passe par la barre des Charms qu’on affiche en envoyant le curseur de la souris à droite de l’écran, soit tout en haut, soit tout en bas.

La roue crantée permet d’accéder aux paramètres de l’application ou de la zone dans laquelle on se trouve. Depuis le Start Screen, on pourra ainsi accéder aux paramètres Metro, qui contiennent tous les réglages en rapport avec les nouveautés du Start Screen :

Windows 8 config panelWindows 8 config panel classic

Depuis le Bureau, on pourra afficher le Panneau de configuration classique, qui est le même pratiquement que dans Windows 7

Les utilisateurs ne pourront pas vraiment savoir à l’avance que ces possibilités existent : il faut les chercher et les découvrir. Elles ne sont pas très clairement mises en avant, ce qui entraînera parfois une cassure douloureuse dans les habitudes. Metro et le Bureau représentent deux univers séparés, avec leurs propres règles, mais liés tout de même. Le Start Screen sera clairement la principale barrière dans l’adoption de Windows 8.

Les Apps

Contrairement aux Windows précédents, la version 8 débarque avec une flopée de nouvelles applications. Elles sont divisées en plusieurs. On trouve ainsi toutes celles affiliées à la branche Live, c’est-à-dire les services connectés dépendant du compte Live/Hotmail/Microsoft. On trouve également des applications centrées sur les loisirs et les informations, comme Météo, Voyages et Actualités. On trouve enfin quelques autres applications plus spécifiques telles que Caméra.

La branche Live

Les applications centrées sur le compte Microsoft sont clairement les plus importantes. L’objectif de Microsoft est on ne peut plus simple : une fois que l’utilisateur a créé son compte, il y connecte son compte. Ce dernier va se charger alors de configurer automatiquement tout ce qui peut l’être.

Windows 8 live

Plusieurs applications sont du coup concernées. Mail va très logiquement récupérer l’ensemble du courrier du compte Live/Hotmail :

Par défaut, Mail ne synchronise que sur une petite période. Via les paramètres de l’application, on peut évidemment récupérer la totalité des mails, le réglage se modifiant en quelques secondes.

Mail peut en outre configurer autant de comptes que vous le voulez, qu’ils soient de type POP ou IMAP. Notez que Mail prend directement en charge les comptes Google. Et, petite surprise, cette synchronisation est identique à celle de Windows Phone 7.5 : les contacts et les calendriers sont eux aussi synchronisés. Une très bonne nouvelle, car cette possibilité n’appartient en général qu’aux systèmes mobiles (WP, Android et iOS pour ne citer qu’eux).

Puisque l’on parle des contacts et du calendrier, deux applications spécifiques existent pour ces données. Par défaut, tout ce qui est issu du compte Live vient automatiquement s’y placer. L’application Contacts permet non seulement de les visualiser, mais également de les modifier. Si un compte Google est configuré, les contacts s’y ajoutent aussi.

Windows 8 CalendarMême chose pour le Calendrier : tous les évènements s’y placent automatiquement. Les données du compte Google sont ajoutées de la même manière. Là encore, l’application sert aussi bien à consulter les données qu’à en ajouter.

Enfin, l’application SkyDrive synchronise les données placées sur l’espace de stockage distant. Toutefois, une section entière de ce dossier lui est consacrée.

Applications diverses

Globalement, la qualité des applications fournies a nettement augmenté entre la Consumer et la Release Preview. Ce constat est d’ailleurs très net avec les applications diverses touchant les loisirs et informations.

L’application Voyages est un bon exemple de ce que doit être une application Metro selon Microsoft : plaisante à l’œil, respectant les canons du genre, proposant de nombreuses informations interconnectées, telles que des diaporamas à 360°, des galeries classiques, des outils pour planifier son voyage, l’achat possible de billets d’avion pour une destination précise, etc.

Autres exemples d’applications Metro réussies : Actualité et Sport, qui immergent grandement l’utilisateur dans le contenu, ce qui est le but recherché de Metro (quand ses concepts en sont maitrisés). Ces applications, ainsi que Voyages, ont d’ailleurs été réalisées par l’équipe de Bing.

Applications spécifiques

Il existe plusieurs applications qui sont plus spécifiques dans leur usage. Photos par exemple est, comme son nom l’indique, une sorte de hub global des images.

Windows 8 Photo

Il est alimenté de plusieurs manières différentes. Il reprend bien sûr toutes les images présentes dans la bibliothèque Images, introduite avec Windows 7, et toujours présente dans Windows 8. Mais il permet surtout de connecter plusieurs comptes de réseaux sociaux ou de sources distantes telles que Facebook, Flickr et bien entendu SkyDrive.

Signalons également l’application Caméra, qui permet d’utiliser nativement (enfin) la webcam de l’ordinateur pour prendre des clichés ou une vidéo.

La gestion des fichiers

La gestion des fichiers gagne diverses possibilités sous Windows 8, bien qu’elles ne soient pas radicalement différentes de Windows 7 et Vista. On y retrouve évidemment toutes les opérations de bases que l’on connaît, accompagnées des mêmes raccourcis clavier existant depuis la nuit des temps (ou peu s’en faut). Pourtant, les opérations de copies et déplacements notamment ont largement gagné en possibilités.

Windows 8 files copy

La capture ci-dessus montre deux opérations de copies parallèles. La première barre est verte car elle montre une copie en train de se faire. La seconde est jaune tout simplement parce qu’elle a été mise en pause. Oui, pour la première fois, Windows peut mettre en pause une copie de fichiers.

Windows 8 CopyWindows 8 Copy

La pause peut également être utilisée sur un déplacement. L’utilisateur peut accumuler les opérations, mais décider finalement de prioriser l’une ou l’autre en fonction de ses besoins. Il peut alors mettre en pause une ou plusieurs opérations, attendre, puis reprendre dans l’ordre qu’il souhaite.

Cette autre capture montre le détail d’une opération en cours. Windows affiche un graphique montrant l’évolution des performances avec le temps. Là encore, le graphique est vert si l’opération est en cours ou jaune si elle est en pause. Une barre noire horizontale est affichée pour donner la moyenne du taux de transfert.

Lors d’une copie ou d’un déplacement, certains conflits peuvent apparaître. La résolution pourra se faire de manière plus fine, en permettant d’influer d’une traite sur plusieurs choix ponctuels ou d’appliquer un réglage à toutes les opérations.

Toutes ces opérations se font depuis le Bureau et plus précisément depuis l’Explorateur. Ce dernier a changé depuis WIndows 7 puisqu’il intègre désormais les Rubans :

Windows 8 Explorer

Le principe est strictement le même que dans Office depuis sa mouture 2007 : toutes les fonctions utilisables sont exposées dans des boutons classés par rubrique. Cela touche notamment à tout ce qui est accessible via les raccourcis claviers.

Windows 8 Explorer

Enfin, Windows prend désormais et nativement en charge les fichiers ISO et VHD. Cela signifie qu’il est possible de les « monter » pour qu’ils dévoilent leurs contenus. Il s’agit finalement de proposer un service du type Daemon Tools ou Alcohol, sans toutes les options de gestion fine de l’émulation :

Windows 8 Mount ISO

Skydrive

SkyDrive est un composant de la suite Windows Live qui existe maintenant depuis plusieurs années. Il a commencé sa carrière comme un espace distant de stockage proposant 25 Go gratuits aux utilisateurs. Son utilisation, au début relativement lourde, s’est largement simplifiée avec le temps, au point de proposer désormais un client de synchronisation du type Dropbox. Une évolution qui va connaître un nouveau cap avec Windows 8.

Un client Metro pour SkyDrive existe dans le nouveau système. L’intérêt est multiple et commence avec la configuration du compte utilisateur. Si ce dernier intègre un compte Microsoft/Live/Hotmail, Windows 8 connecte automatiquement les informations liées telles que les emails, les contacts, les photos et bien entendu la totalité des fichiers stockés dans SkyDrive.

Windows 8 Skydrive

La présence de SkyDrive dans Windows 8 se limite cependant au client Metro. Si l’on souhaite avoir également la version classique pour le Bureau (qui sera certainement disponible en version finale d’ici l’arrivée du système), il faudra l’installer séparément. La consultation dans Metro peut servir à la lecture des fichiers mais également aux autres applications pour aller y puiser des informations. Dans l’Explorateur, il sera plutôt question de gestion des fichiers (voir notre chapitre consacré à la question).

SkyDrive est appelé à jouer un grand rôle dans les produits Microsoft. À terme, il n’y aura plus vraiment de séparation entre l’ordinateur, le smartphone et même la console, donc la TV. Cela provoque un schisme dans la gestion des données ressemblant à celui qui se produit chez Apple. En effet, les fichiers eux-mêmes finiront par être des « sous-produits » des applications. L’utilisateur ne les verra mêmes plus, et SkyDrive alimentera les applications de manière transparente.

Windows 8 Skydrive ParamMicrosoft utilise SkyDrive pour enregistrer de nombreuses informations qui sont pourtant invisibles à l’œil de l’utilisateur. Lorsque l’on se rend dans les paramètres de Windows 8 (depuis le Start Screen), on trouve d’ailleurs une section entièrement dévolue à la synchronisation.

La conséquence est simple : c’est le compte Microsoft, associé au compte classique de l’utilisateur, qui retient les réglages. Dans le cas très classique d’un ordinateur fixe et d’un portable, les deux sessions afficheront exactement la même chose. Une sortie de profil itinérant qui devrait être particulièrement apprécié par ceux qui détestent les phases de configuration de machines.

Le parent pauvre sera par contre le Bureau, car toutes les applications classiques fonctionneront sur l’ancien mode. Bien entendu, elles pourront sauvegarder leurs données dans SkyDrive, au choix de l’utilisateur.

IE10

Comme de nombreuses versions avant lui, Windows 8 est fourni avec Internet Explorer. Windows 7 était livré avec Internet Explorer 8, et ce sera donc au tour de la version 10 du navigateur. Cette fois-ci, en plus des améliorations traditionnelles, le butineur se distingue par un mode hybride. Il dispose en effet de deux interfaces : l’une, classique pour le Bureau, l’autre pour Metro.

IE10IE10-2

Ce fonctionnement est particulier mais reste dans son fonctionnement. Si un lien est ouvert depuis n’importe quelle application du Bureau, c’est la version classique du navigateur qui s’ouvre. Depuis une application Metro, c’est la version idoine qui se lancera.

Chaque navigateur tiers peut prétendre à ce fonctionnement hybride. Chrome de Google est d’ailleurs disponible dans une version test qui permet d’essayer cette fonctionnalité. Cependant, cela fonctionne uniquement pour les navigateurs habituels, donc Win32. Conséquence, Windows RT, sur les tablettes ARM, ne pourra accueillir ces navigateurs hybrides, car aucune application tierce ne peut fonctionner sur le Bureau. Les développeurs devront, pour s’adapter, créer des versions 100 % WinRT pour combattre, mouvement rendu complexe par l’absence de certaines opérations dans cet environnement, notamment la compilation JIT (Just in Time). Une situation oppressante pour les éditeurs tiers.

Pour le reste, Internet Explorer 10 s’améliore principalement dans deux domaines : les performances et les technologies du web. Il s’agit en fait des mêmes arcs de développement que pour la version 9. Côté performances, il reste encore à voir la version finale, mais de gros efforts ont été faits notamment sur le JavaScript, largement utilisé aujourd’hui.

Sur le support des technologies, cela touche plus particulièrement au HTML5. La grande majorité des améliorations dans ce domaine concerne l’API directement, mais également les CSS. On citera également :

  • Le support du Cross-Origin Resource Sharing (CORS) pour l’utilisation sécurisée de l’incontournable XMLHttpRequest entre plusieurs domaines
  • Support de l’API Writer pour blobBuilder, ce qui autorise les manipulations de gros objets binaires à travers des scripts
  • Support des tableaux typés JavaScript
  • Support de la propriété user-select dans les CSS ce qui permet de définir comment un utilisateur sélectionne un objet dans une page
  • Support des sous-titres dans les vidéos HTML5 avec timecode et positionnement. Le support s’étend sur plusieurs formats de fichiers.
  • Support de la sandbox HTML5 pour l’isolation des iFrames
  • Support des technologies : CSS3 Positioned Floats, HTML5 Drag-drop, File Reader API, Media Query Listeners et un premier essai sur les HTML5 Forms

Internet Explorer 10 a clairement pour ambition de revenir sur le devant de la scène. Avec la version 9, le butineur était enfin redevenu crédible face à une concurrence déchainée. Depuis, Chrome, Firefox et Opera ne se sont pas endormis sur leurs lauriers, les performances sont devenues un véritable argument marketing, et la reconnaissance des standards du web est un cheval de bataille continuel.

Il faut noter en outre, connexion oblige, qu’Internet Explorer peut désormais synchroniser plusieurs types d’informations. Il était temps, car Firefox et Chrome, pour ne citer qu’eux, peuvent utiliser un compte utilisateur pour sauvegarder à distance des données telles que les favoris, l’historique ou encore les identifiants des sites. Internet Explorer 10 effectue ces opérations par défaut dès qu’un compte Microsoft est renseigné. Ces paramètres se trouvent le centre de réglages de Windows 8.

Le Store

Le Windows Store est clairement l’un des éléments nouveaux les plus importants de Windows 8. Pour la première fois, un système d’exploitation fixe de Microsoft embarque une boutique en ligne pour les applications. Plusieurs points importants sont à souligner.

Windows 8 Store

Le premier aspect crucial du Windows Store est qu’il ne contiendra en écrasante majorité que des applications Metro. Ces dernières seront créées par les éditeurs tiers à l’aide de Visual Studio 2012, qu’il s’agisse de l’édition Express ou une autre payante. L’environnement de développement est équipé de fonctions intégrées de publication vers le Store. Un compte idoine est nécessaire (99 dollars par an) et l’application devra ensuite passer les sas de validation de Microsoft pour être acceptée.

Windows 8 StoreLes applications Metro sont celles qui se lancent en plein écran et ne font pas appel au Bureau. Le Store doit représenter un aspect séduisant pour les développeurs qui pourront y trouver une visibilité délicate en temps normal avec un simple site web, comme nous le verrons plus tard. Les gains sont partagés de manière très classique : 70 % pour l’éditeur, 30 % pour Microsoft. Dans le cas d’une application rencontrant le succès, c’est-à-dire à partir de 25 000 dollars générés, la part de Microsoft tombe à 20 %. Ce palier, une fois atteint, est permanent pour l’application.

Le deuxième aspect important est la gestion centralisée. On retrouve un fonctionnement pratiquement identique aux boutiques sur les systèmes mobiles. Le Store gère ainsi les achats et/ou les téléchargements des applications. Plus important, il s’occupe seul et de manière centralisée de l’ensemble des mises à jour. Il signale par un chiffre près de son icône sur le Start Screen les mises à jour disponibles.

Windows 8 Store

Dans le Store, on accède aux mises à jour par un lien en haut à droite. L’utilisateur peut installer les mises à jour séparément ou toutes ensembles. Cela lui garantit d’avoir toujours les dernières versions des applications. Un élément important aussi bien en termes de fonctionnalités que de sécurité, en particulier quand la plateforme logicielle (WinRT) est neuve et pas encore totalement maitrisée.

Windows 8 Store Update

Troisième aspect : la visibilité. Un élément important pour les développeurs. En effet, ils pourront pour la première fois profiter d’une source concentrée d’applications. En outre, puisqu’il s’agit d’une plateforme neuve, beaucoup seront à égalité. Des grands noms tels que SAP seront présents, mais chaque éditeur aura l’opportunité de braquer les feux des projecteurs sur son ou ses produits.

Cette visibilité sera accentuée par la recherche. Si l’utilisateur souhaite par exemple obtenir un client Twitter. Il va pouvoir soit se balader dans la section « Social », soit faire directement une recherche avec le mot clé « films » :

Windows 8 Store Search

Ici, il faut noter que les notes, avis et critiques joueront comme autant d’éléments déterminants. La note moyenne reste un puissant instrument d’appel à la découverte, d’autant qu’un grand nombre d’applications seront gratuites.

Dernier aspect : la publicité. Microsoft dispose ici d’un levier très puissant. La firme a déjà annoncé qu’elle proposerait une compatibilité avec les plateformes tierces de publicité. Ceci pour deux raisons : ne pas être accusée de hold-up sur ce secteur et permettre aux développeurs qui le souhaitent d’obtenir une source annexe de revenus, surtout dans le cas des applications gratuites.

La sécurité

La sécurité dans Windows 8 s’est renforcée sur plusieurs points. Cela touche surtout à la protection de l’utilisateur sur Internet, mais également au traitement des données.

Un antivirus intégré

Windows 8 DefenderLe premier point très important à signaler est la nouvelle version de Windows Defender. Depuis Vista, cet outil intégré permet de détecter quelques classes de malwares. Désormais dans Windows 8, il est un antivirus complet.

En effet, bien que l’appellation soit toujours Windows Defender, il s’agit en fait de l’antivirus gratuit Security Essentials de l’éditeur. Cela signifie qu’il reçoit des mises à jour, peut lancer des scanners complets et possède un module résident en mémoire. Ce dernier servira notamment à chaque fois qu’un navigateur quelconque téléchargera un document ou un exécutable : Defender est lié à un service qui s’active à chaque installation d’une application pour détecter une éventuelle activité suspecte.

En tant qu’antivirus intégré, Defender assure donc une protection de base. Évidemment, il ne pourra prétendre au degré d’efficacité de suites plus complètes. Son efficacité réelle sera très certainement comparée à d’autres outils gratuits lors de la sortie de Windows 8. Notez par ailleurs que l’installation d’un autre antivirus (ou suite de sécurité) désactivera Defender.

Comptes utilisateurs

La sécurité passe également par celle des comptes utilisateurs. Une fois qu’un compte Microsoft est lié, le comportement par défaut de Windows est de demander le mot de passe associé. Mais ce mot de passe peut parfois être long et complexe, d’où l’aspect rébarbatif de le retaper à chaque ouverture de session.

L’utilisateur peut donc remplacer le mot de passe par un code PIN ou une protection visuelle. Cette dernière se base sur des séries de gestes à effectuer sur une image ou une photo.

L’utilisateur doit déterminer trois gestes qui peuvent être des cercles, des lignes, etc. il utilise les repères visuels de l’image pour placer ces gestes, comme le fait d’entourer deux visages et de les relier par un trait. Cette série constitue alors un nouveau mot de passe. Évidemment, ces manipulations sont pensées avant tout pour une utilisation tactile. On pourrait la comparer au système des schémas (grilles de points) disponibles sur Android pour déverrouiller les téléphones.

Sauvegarde des identifiants

Les identifiants, c’est-à-dire tout ce qui touche à l’authentification des utilisateurs dans des applications et de sites web, sont sauvegardés par Windows 8, tout du moins si l’application tire parti de cette possibilité.

C’est le cas par exemple d’Internet Explorer 10 : dès qu’un utilisateur s’est connecté sur une session dans un site (comme Facebook), les identifiants sont enregistrés et synchronisés. Les autres machines Windows 8 (ou Windows Phone 8 plus tard) seront synchronisées et recevront ces informations. Ces mots de passe sont bien sûr enregistrés dans une zone sécurisée. Notez par ailleurs que les clés Wi-Fi sont également prises en charge de cette manière.

En entreprise, d’autres méthodes sont supportées, notamment l’identification par clés publique/privée. Avec une telle infrastructure, l’authentification sur un service provoque une demande de ce dernier pour l’obtention de la clé privée, qu’il peut lire grâce à la clé publique. Les avantages sur le simple mot de passe sont multiples, mais on notera particulièrement l’impossibilité pour un keylogger d’enregistrer ces informations puisqu’il n’y a pas de frappe au clavier. Si cette méthode n’a pas supplanté le mot de passe, c’est qu’elle réclame un matériel dédié, comme une smart card ou une puce particulière. Problème : si l’utilisateur n’a pas ce matériel avec lui, il ne peut pas s’authentifier. De fait, la propagation chez le particulier est compromise.

Plusieurs modifications ont cependant été apportées. Premièrement, les clés publiques et privées peuvent être stockées dans un KSP (Key Storage Provider) qui utilise l’environnement TPM (Trusted Platform Module) pour assurer leur protection. Les TPM sont courants en entreprise, et c’est à eux que s’adresse ce changement. Les applications Metro disposent de plus d’une API permettant d’appeler cette fonctionnalité.

Dans les cas des sociétés plus grandes qui utilisent des infrastructures de smart cards, Windows 8 peut utiliser le TPM comme une carte virtuelle. Microsoft assure que cette possibilité, si elle est activée, ne demande aucune modification coté client ou serveur : les services et applications réclamant une smart card la détecteront en tant que telle.

Autres améliorations liées à la sécurité

Plusieurs autres ajouts sont à signaler pour la protection soit de la machine, soit directement de l’utilisateur :

  • Secure Boot : une fonctionnalité de l’UEFI qui permet de contrôler l’intégrité de la chaine des composants impliqués dans le démarrage du système : pilotes, noyau, fichiers système. Dans cette chaine, l’antivirus est la première application ou le premier pilote à être chargé.
  • BitLocker : permet de chiffrer entièrement le contenu d’un disque dur. Dans Windows 8, les opérations sont plus rapides et les disques durs vendus chiffrés par les constructeurs sont pris en charge.
  • AppLocker : permet aux administrateurs de choisir quelles applications sont lancées sur le réseau d’entreprise. Ils peuvent également déterminer quels types de fichiers peuvent être ouverts via des stratégies de groupe.
  • SmartScreen : une appellation parapluie pour l’ensemble des écrans d’avertissements qui vont informer l’utilisateur d’un possible problème avec un site web ou une application. Ces écrans sont présents quel que soit le navigateur utilisé.

La maintenance

La maintenance recouvre deux aspects dans Windows 8 : les opérations automatiques, et celles déclenchées par l’utilisateur. Elle est donc particulièrement liée au concept de fiabilité. Dans le nouveau système, cette dernière se renforce notoirement avec la gestion des disques durs.

Les Storage Spaces

Windows 8 Storage

Windows 8 peut d’abord gérer les très gros disques durs, c’est-à-dire ceux dont la taille fait au moins 3 To. Ensuite, quand plusieurs disques sont détectés, l’utilisateur peut choisir de les agréger pour que Windows ne considère plus l’ensemble que comme un seul espace unique ou de plusieurs partitions de taille arbitrairement choisies par l’utilisateur. Cette fonctionnalité se nomme Storage Spaces et s’accompagne de plusieurs fonctionnalités pour améliorer la fiabilité de l’ensemble.

 

Puisque plusieurs disques sont assemblés, l’utilisateur peut choisir une redondance d’informations : soit par copies miroirs (RAID 1), soit par parité (RAID 5). Il s’agit ni plus ni plus d’une solution de RAID logiciel. Les Storages Spaces ne peuvent cependant se mettre en place que sur disques durs non systèmes, car ils ne permettent pas à Windows 8 de démarrer directement dessus. Ils sont conçus pour le stockage et permettent, en cas de défaillance matérielle, de restaurer les données via le ou les disques restants.

Les Spaces gèrent en outre l’allocation fine et permettent par exemple de déclarer une partition de 50 To pour une utilisation précise avec un seul disque de 2 To. Quand l’espace vient à manquer sur ce dernier, Windows avertit l’utilisateur qu’il doit ajouter d’autres disques. Ces derniers peuvent être internes ou externes, sans différenciation. Les performances joueront bien entendu un rôle important pour le second cas.

Reset et Refresh

Il peut arriver que Windows 8 s’encrasse avec le temps ou devienne instable pour une raison ou une raison. Il existe pour l’utilisateur deux méthodes qui permettent de rafraichir singulièrement le système : le Reset et le Refresh.

Windows 8 Reset & Refresh

Lorsque l’on demande un Reset, Windows 8 redémarre et procède aux étapes suivantes :

  1. Démarrage du PC dans le Windows Recovery Environment (Windows RE)
  2. Formatage de la partition Windows
  3. Installation d’un système neuf
  4. Redémarrage de la machine

Avant de commencer l’effacement des données, Windows 8 demandera à l’utilisateur s’il souhaite réaliser un formatage normal ou sécurisé. Ce dernier se propose d’écrire aléatoirement des données dans tous les secteurs du disque (une seule passe).

Le Refresh est lui aussi une opération qui réinstalle Windows, mais avec une différence majeure : les données de l’utilisateur ne sont pas effacées. Cela concerne aussi bien ses documents et son contenu multimédia que les paramètres importants et les applications Metro récupérées sur le Store. Les étapes diffèrent légèrement :

  1. Démarrage du PC dans le Windows RE
  2. Analyse du disque dur pour récupérer les données et les mettre de côté (sur le même disque)
  3. Installation d’un système neuf
  4. Restauration des données, paramètres et applications Metro
  5. Redémarrage de la machine

Contrairement au Reset, le redémarrage ne demande rien à l’utilisateur. Ses comptes sont remis en place et il n’y a donc pas de phase d’initialisation du système.

La restauration des paramètres ne prend en charge qu’une partie d’entre eux. Microsoft estime en effet que certains peuvent être responsables du mauvais fonctionnement du système et ne sont donc pas pris en compte. Cela inclut notamment les réglages du firewall, les paramètres d’affichage ainsi que les associations des types de fichiers. Seront par contre sauvegardés :

  • Les connexions Wi-Fi
  • Les connexions 3G
  • Les paramètres BitLocker et BitLocker To Go
  • Les assignations de lettres aux partitions
  • Les personnalisations telles que les images pour l’écran d’accueil et le fond d’écran du bureau

Attention cependant : les applications classiques (dites « desktop ») ne seront pas réinstallées. Elles peuvent être à la source de la remise à zéro du système et déterminer laquelle cause réellement un problème peut se révéler impossible. Conséquence : plutôt que prendre le risque de remettre en place automatiquement un logiciel problématique, cette étape est laissée à l’utilisateur, d’autant que les technologies d’installation peuvent largement varier.

Notez toutefois que la liste complète des applications Desktop est enregistrée dans un fichier HTML placé sur le Bureau durant la réinstallation de Windows 8. L’utilisateur pourra donc consulter le document et vérifier ce qui lui manque.

Avec 13 versions (RT, W8, 8 Pro, 8 Entreprise…) laquelle pour vous ?

Microsoft voulait simplifier les choses en passant à Windows 8. Pourtant, à bien y regarder, on découvre qu’on ne peut mettre à jour un vieux Windows que vers Windows 8 Pro, qu’en dessous il existe Windows RT et Windows 8 tout court, qu’au dessus une version 8 Entreprise est proposée… aux pro ? Et même que Microsoft a sous-segmenté Windows 8 Pro en quatre versions, N, sans N, Pack et Pack N… Soit un total, en distinguant aussi les moutures 32 et 64 bits disponibles, de 13 versions différentes de Windows 8 regroupées en 4 grandes familles :

  • Windows RT
  • Windows 8
  • Windows 8 Pro
  • Windows 8 Entreprise
Microsoft SurfaceMicrosoft Windows ParticulierMicrosoft Windows ProMicrosoft Windows Entreprise

Deux cas doivent d’emblée être distingués :

  • mise à jour d’un ancien ordinateur : c’est possible vers Windows 8 Pro uniquement, avec un tarif promotionnel valable jusqu’au 31/01/2013.
  • achat d’une nouvelle tablette ou d’un ordinateur : il faut préalablement choisir la bonne version de Windows parmi toutes celles disponibles, pour ne pas être déçu après coup.

Mise à jour d’un ancien PC

Jusqu’au 31 janvier 2013, la mise à jour d’un ordinateur sous Windows XP / Windows Vista / Windows 7 vers Windows 8 Pro coûte 29,99 € en téléchargement, ou 59,99 € en version DVD. Les personnes ayant acheté un PC sous Windows 7 depuis le 2 juin sont favorisés : elles bénéficient d’un prix réduit à 14,99 €.

Lors de l’achat, un assistant s’exécute et se charge de vérifier la compatibilité et l’éligibilité de la machine. À savoir que seule la mise à jour depuis Windows 7 conservera à la fois les données et les programmes installés. Les ordinateurs sous Windows XP et Vista ne conserveront hélas que les fichiers personnels. Il faudra ré-installer tous vos logiciels un par un. Dans tous les cas, il est vivement recommandé de sauvegarder vos données sur un disque dur externe avant toute mise à jour.

Windows RT

  • version pour tablettes légères
  • elle inclut Word, Excel et PowerPoint

C’est un Windows allégé taillé pour les tablettes équipées de processeurs semblables à ceux des smartphones. Les applications classiques de Windows (Photoshop, les jeux vidéo…) ne tourneront pas dessus ! Seules sont installables les applications disponibles dans le Windows Store. Word, Excel et PowerPoint sont tous trois pré-installés et disponibles d’emblée sans surcoût. D’où l’usage possible de ces tablettes en entreprise, surtout avec les claviers amovibles.

Cette version RT est l’abréviation de RunTime, anciennement appelée WOA (Windows On Arm), en référence aux processeurs de ces machines : des CPU en architectures Arm.
Windows RT ne s’achètera pas à part. Il sera déjà installé sur les machines concernées. On ne pourra pas mettre à jour une tablette concurrente (Google, Apple…) vers Windows RT.

Windows 8 : pour le grand public. Disponible en 32 et 64 bits.
110 € après le 31/01/13.

  • le Windows 8 familial
  • interface tactile et antivirus inclus

C’est la version standard du nouvel OS, celle qu’on risque de retrouver sur la plupart des ordinateurs et tablettes commercialisés (à base de processeurs x86 et non plus Arm).

Elle comprend la nouvelle interface en tuiles, idéalement taillée pour les écrans tactiles, l’antivirus Microsoft, Windows Media Player, le montage des fichiers ISO, le bureau à distance (client seulement), le démarrage sécurisé…

Le Media Center ne fera pas partie de Windows 8, et ne pourras pas être installé dessus, même en option payante. C’est option n’est possible qu’à partir de Windows 8 Pro. Ce qui peut raisonnablement surprendre…

32 ou 64 bits ? 64 bits plutôt ! Windows 8 32 bits ne gère que jusqu’à 3 Go de mémoire. Or les machines équipées de 4 ou 8 Go deviennent un standard.

Windows 8 Pro : pour les technophiles, pour travailler. Disponible en 32 et 64 bits.
30 € en téléchargement, 60 € en boîte jusqu’au 31/01/13 ; 280 € après.

  • Windows pour travailler sur l’ordinateur
  • gestion des postes distants et Media Center en option

C’est un Windows 8 enrichi de fonctions de sécurité en principe inutiles dans un cadre domestique, nécessaires en revanche aux professionnels et aux utilisateurs avancés : virtualisation, cryptage de partition, fonctions réseau, gestion du PC, gestion hôte des bureaux à distance ; tout un lot de fonctionnalités supplémentaires apparaît.

Ce système d’exploitation se décline en quatre versions :

  1. Windows 8 Pro : avec possibilité d’option payante pour ajouter le Media Center ;
  2. Windows 8 Pro N : N pour “Not with Microsoft Media Player” ;
  3. Windows 8 Pro Pack (60 € jusqu’à janvier 2012, 160 € après) : pour mettre à jour une machine Windows 8 en Windows 8 Pro avec Media Player et Media Center ;
  4. Windows 8 Pro Pack N (60 € jusqu’à janvier 2012, 160 € après) : pour mettre à jour une machine Windows 8 en Windows 8 Pro sans Microsoft Media Player.

Ceux qui mettront à jour un ancien ordinateur vers Windows 8 Pro devront veiller à le faire vers la même version que leur OS précédent : 32 ou 64 bits. En changer impliquerait la perte des logiciels installés (pas des données).

Ceux qui s’offrent une nouvelle machine, ou qui se soucient peu de réinstaller leurs logiciels, auront intérêt à opter pour Windows 8 Pro 64 bits, capable de gérer la mémoire au delà des 3 Go de la version 32 bits.

Windows 8 Entreprise : pour les experts. Disponible en 32 et 64 bits.
Prix non communiqué.

  • inclut Windows to Go : Windows, ses logiciels et les données sur clé USB

Cette version a pour principal et énorme avantage de proposer Windows to Go : l’installation de Windows 8 sur un support externe, de type clé USB 3 de 32 Go et plus, ou sur disque SSD externe. Les utilisateurs emportent ainsi leur Windows, leurs applications et leurs données partout avec eux. N’importe quel ordinateur, d’un client, dans un cyber-café, chez des amis, devient le vôtre, avec vos logiciels et vos documents. C’est une fonctionnalité qui pourrait être utile à beaucoup et qui est pourtant étrangement réservée à ce Windows 8 Entreprise…

32 ou 64 bits ? 64 bits plutôt ! Windows 8 32 bits ne gère que jusqu’à 3 Go de mémoire. Or les machines équipées de 4 Go et plus se standardisent.

Conclusion

Qu’il est dur de se restreindre, quand on sait qu’on peut tout avoir, qu’on risque ultérieurement de manquer de fonctions en faisant un “choix raisonnable” ! Les plus technophiles voudront forcément Windows 8 Entreprise 64 bits, ne serait-ce que pour tester ce système embarqué sur clé USB, qui paraît être l’avenir. Plus le temps passe, moins la machine sur laquelle on travaille est importante. Ce qu’on veut surtout, c’est retrouver notre environnement, notre bureau, nos données et idéalement nos logiciels, partout ! Un jour il faudra même dématérialiser totalement cette clé USB, mais c’est encore un peu tôt pour ça… Pour l’heure, on en aura néanmoins déjà un bon avant goût avec le système d’identification Microsoft qui permettra de retrouver ses applications issues du Windows Store et ses données synchronisées en Cloud sur n’importe quel PC Windows 8.

Plus raisonnablement, surtout vu le pris de la mise à jour, Windows 8 Pro est l’option à privilégier (devant Windows 8 “tout court”), que ce soit sur une machine au bureau, pour les jeux vidéo, ou tout simplement parce qu’on travaille, ne serait-ce qu’occasionnellement, sur la machine.

Reste Windows RT : ce “sous-Windows 8” a-t-il ses chances ? Des tests complet répondront à cette question, même si on peut déjà se faire une idée en se demandant : ne serait-ce pas pratique d’avoir un système portable pour tablette (type iOS ou un Android), agrémenté d’un vrai Word et d’un vrai Excel, sur une machine avec clavier promettant plus de 8 heures d’autonomie ? Pour un usage courant, domestique, pour des prises de notes en entreprise, pour suivre les réseaux sociaux et pour regarder des films, cette combinaison tablette + traitement de texte et tableur + clavier amovible fin et léger semble ingénieuse !

Réfléchissons finalement par usage :

  • pour visionner des films : Windows RT suffira
  • pour les réseaux sociaux : Windows RT
  • pour de la bureautique de base : Windows RT
  • pour surfer : Windows RT
  • pour les joueurs : Windows 8 Pro
  • pour travailler : Windows 8 Pro
  • pour la retouche d’image : Windows 8 Pro
  • pour les technophiles : Windows 8 Entreprise
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.